L’idiot de l’année 2014 : Thierry Mariani

Si ce tweet est drôle, c’est parce que Mariani, qui était déjà député sous Sarkozy, a fait partie de ceux qui ont voté la loi HADOPI. Quel rapport entre HADOPI et le Wifi gratuit sud-coréen ? « Faire simple », comme le dit Mariani, c’est ne pas demander aux propriétaires de cafés, restaurants et autres de se conformer à des contraintes techniquement impossibles à respecter afin d’offrir le Wifi aux usagers, ce que fait la loi HADOPI au nom de la lutte contre le téléchargement illégal.

Même si dans un élan de générosité les commerçants voulaient rendre disponible le Wifi pour leurs clients, il leur est requis de garder un historique détaillé des activités de chaque usager, afin qu’en cas de téléchargement illégal repéré par la HADOPI ils puissent nier toute responsabilité. En clair, ça signifie vous demander vos papiers d’identité et établir un historique détaillé de votre usage d’internet au cas où vous iriez consulter les mauvais sites, ce qui est sobrement intitulé « Obligation de sécurité ».

Voter une loi liberticide et prêter sourde oreille aux nombreux experts qui avaient prévenu des conséquences inattendues qu’elle aurait est une chose, mais se plaindre que les commerçants ne rendent pas un service qu’on a rendu illégal en est une autre. Pour avoir eu l’intelligence de voter la loi HADOPI et pour avoir eu la brillance de l’oublier quelques années plus tard, j’ai décidé de nommer Thierry Mariani idiot de l’année 2014.

Il montre, par dessus tout, que les hommes politiques se plaignent des effets dont ils chérissent les causes. Vous allez me dire que ce tweet est anecdotique, je pense que non. Il incarne parfaitement la mentalité dans laquelle baignent les hommes politiques : voter des lois pour des raisons bassement politiques et ensuite venir chouiner sur les conséquences qu’elles ont.