État Nounou – Janvier 2014

Pour ce premier état-nounou de 2014, le trophée revient aux sénateurs UMP qui ont déposé une proposition de loi visant à limiter de manière drastique l’instruction à domicile. Je cite :

l’éducation à domicile par la famille ne peut être qu’une situation exceptionnelle, liée à l’état de santé ou à l’incapacité permanente ou temporaire de l’enfant

En France, la scolarisation est obligatoire, mais la méthode n’est pas imposée. L’état fournit des écoles publiques mais laisse la possibilité aux parents qui le désirent de placer leurs enfants dans des écoles privées ou encore de les instruire à domicile.

N’allez cependant pas croire que sorti de l’école publique, plus aucun cadre ne s’applique. En effet, les écoles privées sont “sous contrat” pour obtenir des subventions de l’état et les enfants scolarisés à domicile passent divers tests pour s’assurer des conditions dans lesquels ils sont instruits.

La proposition faite au sénat va donc beaucoup plus loin, en interdisant purement et simplement la scolarisation à domicile. Elle est perçue uniquement comme une scolarisation de seconde zone pour enfants handicapés, et non comme une alternative légitime à l’école classique.

La justification donnée est par ailleurs pour le moins hallucinante :

[L’instruction à domicile] ne peut être le prétexte d’une désocialisation volontaire, destinée à soumettre l’enfant, particulièrement vulnérable, à un conditionnement psychique, idéologique ou religieux.

Les sénateurs qui ont rédigé ce texte s’imaginent peut-être que l’école privée en France n’enseigne aucune valeur religieuse et que les professeurs du public ne pratiquent aucun conditionnement idéologique sur les élèves. Je ne parlerais même pas de la prétendue désocialisation de l’enfant, qui est une critique hilarante quand on voit la violence à laquelle ils peuvent être exposés à l’école.

Au final, il est difficile de dire si cette loi a une chance d’être votée ou non. Ce n’est pas parce que cette proposition vient de l’UMP que la gauche votera contre. Gauche et droite ont déjà montré à de nombreuses reprises leur unanimité sur des lois non médiatisées dès qu’il s’agit de limiter la liberté individuelle. Ajoutez le culte religieux voué à l’école publique, et ce quelque soit le bord politique, il y a malheureusement de bonnes chances de voir cette loi passer.