L’importance de la séparation de l’église et de l’état

Je reçois énormément de questions sur ask concernant la montée d’ISIS, et plus généralement sur la montée de l’islam dans plusieurs pays – et dans une certaine mesure en France. Vivant à l’étranger, je peux vous assurer que ce n’est pas un sujet de débat franco-français et qu’il est encore plus présent dans les médias au Royaume-Uni par exemple. On me demande régulièrement s’il y aurait des réponses libérales à apporter face aux fondamentalistes qui voudraient appliquer leurs codes religieux comme loi. La réponse libérale, en réalité, nous l’avons déjà, c’est la loi de séparation de l’église et de l’état de 1905.

Pour rappel, cette loi consiste en deux points fondamentaux :

  • Chaque individu est libre d’adopter la croyance qu’il souhaite.
  • L’état ne reconnait aucune religion officielle et n’en finance aucune.

Je ne vois pas ce qui peut être fait en plus de cela. Toutes les inquiétudes par rapport à la montée de l’islam en France et de cette idée de prise de pouvoir par des religieux zélés ne sont pas réellement fondées. Ce qui se passe au Moyen-Orient, avec le contexte de chaos et de guerres perpétuelles, ne peut pas être appliqué ici. Et même si l’on prend le Royaume-Uni, qui a une bien plus forte population musulmane que la France, les problèmes soulevés là-bas sont relativement anecdotiques au final. On parle beaucoup d’ISIS mais on estime qu’ils ne disposent tout au plus que de 10.000 à 30.000 combattants, face auxquels il y a les armées syrienne, irakienne, iranienne, israélienne, turque, et j’en passe. La menace est vraiment très éloignée et le restera tant que l’on envoie pas de bombes sur leurs campements.

Il y a une réelle résurgence des extrémistes religieux en Europe, heureusement incomparable avec ISIS, et je pense qu’il serait un peu simpliste de tout mettre sur le dos des musulmans. La Manif Pour Tous nous a montré le pouvoir de nuisance toujours vivace de l’église catholique en France. En Espagne, les conservateurs avaient initialement proposé une loi qui voulait abolir l’avortement. Au Royaume Uni, des juifs ont placardé une pancarte stipulant que les femmes ne pouvaient marcher que sur l’un des deux trottoirs dans une rue, et en Irlande l’église ne veut pas lâcher ses privilèges historiques, notamment l’enseignement de la Bible dans les écoles publiques avec des deniers publics.

Il ne faut pas baisser la garde face aux religieux avides de pouvoir, qu’ils soient musulmans, chrétiens ou juifs. Tous ont montré qu’ils partagent les mêmes objectifs de stigmatisation des femmes, des minorités sexuelles, et la même volonté de voir leurs valeurs morales appliquées de force par la loi. Le remède contre la montée des religieux est de maintenir la séparation de l’église et de l’état, de maintenir l’état de droit, de maintenir le règne de la loi, de préserver la liberté de croyance et de renforcer les libertés individuelles. C’est justement parce que nous avons un état qui s’occupe de tout jusqu’aux menus des cantines que nous avons ces débats politiques stériles.

Petite parenthèse, vous me permettrez de noter l’ironie dans le propos selon lequel il faudrait empêcher les musulmans d’accéder au pouvoir car ils pourraient faire des choses terribles. C’est tout à fait vrai, et c’est ce que je dénonce depuis le début : quand on créé des super-institutions qui accordent de grands pouvoirs aux hommes politiques, on attire pas uniquement les hommes de bonne foi. S’il y a une chose dont on pourrait s’inspirer des États-Unis, c’est le pouvoir de leur constitution et la Cour Suprême qui n’hésite pas à rappeler aux différents gouvernements américains leurs contraintes. Nous en face, nous avons le Conseil Constitutionnel qui a maintenu le Concordat d’Alsace-Moselle en 2013…