architecture-Google-Dublin

L’Irlande, un paradis fiscal ?

Je vais être honnête avec vous, je suis moi-même surpris par les chiffres sur lesquels je suis tombé en regardant les budgets prévisionnels de 2014 français et irlandais. Je voulais au départ comparer les différents taux d’imposition ainsi que les grandes lignes des choix effectués par les gouvernements respectifs. Puisque la France et l’Irlande sont deux pays de taille difficilement comparable, je me suis permis de ramener les montants prélevés avec la TVA et l’impôt sur les sociétés par rapport au PIB :Screenshot from 2014-12-09 22:15:21Je ne m’attendais pas à ce résultat. L’Irlande est connue pour son taux d’imposition de 12,5% est agité comme le chiffon rouge de l’évasion et de l’optimisation fiscale. Pourtant, la collecte d’impôts sur les sociétés représente 2.6% du PIB en Irlande, contre 1,7% du PIB en France.

Laissez-moi reformuler : L’Irlande collecte plus d’argent en taxant les profits des entreprises que la France ne le fait. Oubliez les taux, assiettes et autres : aux yeux d’un ministre des finances, une bonne taxe n’est pas un fort taux ou une assiette large ou quoi que ce soit, une bonne taxe est une taxe qui rapporte, et en Irlande elle rapporte pratiquement moitié plus qu’en France.

Vous allez me dire que corrélation n’est pas coïncidence, que j’extrapole à partir de pas grand chose, mais je trouve la situation cocasse : La TVA est plus faible en France et rapporte un peu plus (barre bleue), alors que l’IS est bien plus élevé en France mais rapporte beaucoup moins. Appelez-ça Courbe de Laffer, optimisation fiscale ou théorie du signal, au final l’Irlande est un pays dans lequel les entreprises contribuent plus aux recettes de l’État que la France, et ça, c’est drôle.