[Brève] Comment fabriquer une horloge peut envoyer votre enfant au commissariat

[Trigger Warning : Cette information peut perturber les personnes dotées de tout sens critique.]

 

L’hyper paranoïa américaine a encore frappé dans un collège, où le jeune Ahmed Muhamed a été arrêté pour avoir fabriqué une horloge dans son garage. Et oui, figurez-vous, ça aurait pu être une bombe. Il fallait donc l’arrêter sur le champ. Parce que terrorisme.

Si vous voulez comprendre ce qui cloche avec la mentalité qui plane dans les écoles américaines, ne cherchez pas plus loin. Les parents aux États-Unis sont effrayés par tout ce qui pourrait ressembler de près ou de loin à une menace, même fictive. Ajoutez à cela que Ahmed a la peau bronzée et un nom vaguement musulman, et le voilà labellisé terroriste avec son horloge artisanale.

Même s’il est très probable que l’aspect racial ait joué un rôle dans cette affaire, il serait néanmoins réducteur de conclure que la mentalité ultra-protectrice des parents n’a joué aucun rôle. Reason Magazine couvre le phénomène de la paranoïa dans les cours d’écoles (notamment publiques) depuis plusieurs années. Le moins que l’on puisse dire, c’est que ce n’est pas un acte isolé.

Faire tourner un crayon est aussi une activité à haut risque semble-t-il. En avril 2014, Ethan Chaplin a été suspendu pour avoir « fait comme avec un pistolet ». De plus, son père s’est vu menacé de perdre sa garde par l’état du New Jersey s’il n’emmenait pas son fils suivre un examen psychologique, où il a du entre autres fournir des échantillons de sang et d’urine. Pour avoir fait tourner un crayon dans sa main.

Rien de surprenant donc que l’on assiste à la naissance d’une génération « Trigger Warning », qui demande la censure dans les universités de tout contenu qui pourrait les « brusquer » ou les « déranger ». Ne soyez pas surpris si cette génération, une fois adulte, demandera encore plus de surveillance et de lois anti-terrorisme, si elle ne peut pas supporter la vue d’un crayon ou d’une horloge artisanale, assistée par des parents qui appellent les services sociaux pour négligence s’ils voient des enfants jouer dans la cour de leur propre maison sans surveillance.

 

Bienvenue aux États-Unis.