Cette semaine, en Idiocratie #4

Chaque semaine, je passe en revue les déclarations et faits politiques les plus idiots de l’actualité. Je prends notamment un malin plaisir à m’attarder sur ceux qui, non content d’avoir des opinions factuellement fausses ou pseudo-scientifiques, voudraient que leurs idées saugrenues s’imposent à tous par la loi.

« La science n’est pas supérieure à la religion », dit le gouvernement

Les terroristes gagnent lorsqu’ils instillent un sentiment de terreur dans la population. Les extrémistes religieux gagnent lorsqu’ils font reconnaitre leurs croyances comme faits établis. C’est maintenant chose faite grâce au livret commandé par Najat Vallaud-Belkacem, qui demande explicitement aux professeurs de SVT et de physique-chimie de ne pas établir de supériorité de la science sur la croyance dans leurs matières.

Livret laicité

Tout comme la dernière loi de renseignement, c’est un message horrible à envoyer au lendemain d’une attaque terroriste. On ne répond pas à une attaque terroriste motivée par une idéologie religieuse par une amputation des libertés civiles et par des affirmations du type « la religion n’a pas totalement tort sur les questions de SVT ».

Psychose autour de la viande rouge

L’Organisation Mondiale de la Santé vient d’introduire la viande rouge (et dérivés comme le saucisson) comme produits potentiellement cancérigènes. Comme d’habitude, la presse s’en est emparé sans trop prendre de recul et vendre des gros titres sensationnels. Car sans contexte, on pourrait aussi citer que les overdoses de café sont techniquement possibles, que trop de pain grillé donne lui aussi le cancer, et que l’on peut certainement mourir d’intoxication à la vanille. Ça ne signifie pas pour autant que c’est un problème, et encore moins que vous avez une chance raisonnable d’être concerné. Comme le rappelle Le Monde, le tabac et l’alcool restent de loin les premières causes de cancer, et il faudra un certain temps avant que la consommation de bacon ne prenne la première place en France…

Le gouvernement encadre strictement les stages en entreprise

Oui, les entreprises abusent des stages pour contourner le code du travail. C’est ce qu’il se passe lorsque l’on a un code du travail inadapté. Mais n’attendez pas de réflexions avancées de la part du gouvernement. Un problème ? Une loi !

Les stages ont aujourd’hui un triple emploi. Ils donnent de l’expérience à ceux qui n’en ont pas, ils permettent au marché du travail de contourner le code du travail, et ils fournissent une formation pratique que les étudiants n’ont pas. Limiter le nombre de stages ne va pas :

  1. Magiquement créer des milliers d’emplois
  2. Faire baisser le chômage des jeunes (au contraire)
  3. Protéger les salariés

Ce n’est pas gagnant-gagnant. C’est perdant-perdant. Personne ne va profiter de cette mesure. Personne. C’est une mesure purement statistique : mettez les travailleurs précaires au chômage forcé, vous faites baisser le nombre de travailleurs pauvres.

Philippe Verdier licencié de la télévision publique pour ses positions sur le climat

Mettons les choses au clair : ce n’est pas une question de climat allant dans un sens ou dans l’autre. Il est simplement inacceptable que Monsieur Météo soit mis à pied pour quelque chose qui n’a rien à voir avec son travail. La météo n’est pas le climat. Cette histoire ne fera qu’une chose : alimenter les discours complotistes. Bravo, France Télévision.

Jean-Luc Mélenchon veut censurer Mein Kampf

« Mein Kampf est un est texte criminel » car il a donné naissance au génocide des juifs sous Hitler. J’imagine qu’il est tout à fait ouvert à l’idée d’appliquer la même logique pour censurer Karl Marx alors ? Les 49 millions (je suis généreux, je prends l’estimation basse) de chinois morts sous Mao et les 23 millions sous Staline justifieront bien un peu de censure, n’est-ce pas ?

Plus sérieusement, il est très instructif de voir que les totalitarismes économiques ne sont jamais trop loin des idéaux liberticides. L’extrême gauche n’est ni plus, ni moins opposée à la liberté d’expression que l’extrême droite. Si ce que vous dites n’est pas dans la doxa acceptée par la dictature prolétaire, tant pis.

Les étudiants américains n’aiment pas trop la liberté d’expression

Ce n’est pas nouveau, mais c’est confirmé au-delà de ce que l’on pouvait imaginer. Selon le Wall Street Journal, 51% des étudiants sondés voudraient plus de contrôle de la liberté d’expression sur les campus d’université. Un tiers d’entre eux ne savent pas que le premier amendement protège la liberté d’expression. Un autre tiers croit que les discours haineux ne sont pas protégés par la constitution. Parmi ceux qui s’identifient comme étant « de gauche », 30% d’entre eux pensent que l’amendement est « obsolète ».

Dans le climat actuel, ce n’est pas un chiffre que je voulais lire. J’espère sincèrement que cette tendance va s’inverser, et que les étudiants américains vont se rendre compte des dangers de cette approche.